Faux la Montagne, Creuse, Limousin

BILBAO 2018 : Forum mondial de l’économie sociale et solidaire

Pascal Duforestel,
Conseiller régional délégué à l’Économie Sociale et Solidaire est intervenu au Forum mondial de l’Économie Sociale et Solidaire (GSEF) qui s’est tenu à Bilbao, début octobre 2018. Il a présenté un état des lieux de différents territoires en région Nouvelle Aquitaine. Vous pourrez lire ci-dessous la partie concernant :

FAUX LA MONTAGNE

Autre bassin qui vient en contre-exemple d’Ussel : la commune de Faux la Montagne. Située sur le plateau de Millevaches, dans la Creuse et la zone d’emplois de Gueret, cette commune de 413 habitants est à elle seule une success-story de l’ESS (3) ! Avec ses quelques 35 associations (5 fois plus que la moyenne nationale dont 8 avec des salariés) et ses coopératives sous toutes les formes (1 SAPO, 1 SCOP, 1 SCIC), c’est plus de 50% de l’emploi en ESS que compte cette petite commune. Quand les SCOP peinent à représenter 0,1% de l’emploi en France, elles culminent à 23% dans la commune. Aucun domaine d’activité n’échappe à cette culture ESS puisque l’on retrouve aussi bien une activité de scierie, une agence de rédacteurs-trices, l’accompagnement des personnes âgées, le logement ou la protection de l’environnement. De surcroît, la commune a su interpréter à la bonne mesure et bien avant la loi ESS de 2014 la notion d’utilité sociale et, au-delà des statuts, a accompagné des petites entreprises locales dès lors qu’elles contribuaient activement à l’intérêt général.

Ici aussi, la lecture seule du taux de chômage n’est pas signifiante. Ce qui l’est plus, c’est son évolution démographique qui la place en tête des communes de la Creuse (1975-2012). Là où de nombreux villages perdent des habitants, Faux la Montagne en regagne régulièrement au point d’être repassé en 2017 au-dessus de la barre des 400 habitants, niveau inégalé depuis 1975 !

Grâce à cette dynamique, ce sont des classes qui ré-ouvrent à l’école (56 enfants dans 3 classes aujourd’hui contre 1 classe de 11 élèves en 1975), des commerçants qui se développent, une crèche qui compte 13 enfants en attendant l’ouverture d’une autre structure…

Au-delà du simple taux de chômage donc, c’est l évolution comparée de la population active qui nous renseigne sur la vitalité de Faux la Montagne. Ainsi entre 2010 et 2015, la population a augmenté de 7,5% là où dans l’ensemble de la Communauté de Communes de la Creuse Grand Sud elle diminuait de 2,9%. Quand la population active augmentait de 22%, elle baissait de -0,5% sur la CC et mieux encore la part des 25 à 54 ans bondissait de 13,6% alors qu’elle fléchissait de -7,2% sur l’ensemble de 26 communes de la communauté.

A défaut de pouvoir mesurer le taux de bonheur dans la commune, la simple lecture des noms de certaines associations nous renseigne sur l‘état d’esprit qui y règne : « armée des ptits poids », « assaut des sauvages », « constance social club », « dérushés », « graines de crapules », « gratinées »…

Le moins que l’on puisse dire c’est que dans la foulée de quelques précurseurs.ses, la population a su se prendre en main. Le journal Le Monde l’a sélectionnée en mai dernier parmi les villages de France qui font figure de contre-exemple de la désertification (4).

Vous pouvez lire l’intervention complète de Pascal Duforestel : https://fauxlamontagne.fr/wp-content/uploads/2018/10/Intervention-Bilbao-V5-de-Pascal-Duforestel.pdf

Imprimer